L'éducation à Kayankerny : une clé pour changer des vies

Tuesday, Décembre 23, 2014
Image(s)

C'est la dernière maison du Kayankerny, Sri Lanka, village et est isolé et éloigné ; Alors que le soleil implacable de l'après-midi oblige les adultes et les enfants à se précipiter à l'intérieur, deux sœurs - distantes de 18 ans - partagent leurs liens d'amour, de perte et de nostalgie.

La maison soigneusement carrelée de Yalini à Kayankerny, au Sir Lanka, est un havre de paix pour toute la famille élargie composée de frères, de sœurs et de plusieurs enfants.

« Ma mère et ma tante étaient allées au bord de la mer pour des travaux d'extraction de sable. Vers 8 heures du matin, j'ai entendu des gens crier et s'enfuir de la mer ; très vite l'eau a jailli et j'ai vu ma mère emportée par l'eau tourbillonnante », raconte Yalini, effondrée pendant plusieurs minutes.

SandunLe corps de sa mère a été retrouvé 17 jours plus tard; son père, parti en mer, a décidé de rentrer chez lui après les funérailles. Il s'est ensuite remarié, laissant ses enfants.

« Nous avons été emmenés dans un abri temporaire », se souvient Yalini. « Plus tard, SOS nous a donné cette maison, a ouvert un centre social Tsunami avec des cours et des repas gratuits ; distribué des livres et des sacs à nos enfants. SOS nous a aidés pendant les dix années entières - c'est pourquoi même si nous avons perdu nos propriétés dans le tsunami, nous avons pu nous rétablir. Aujourd'hui, mes frères ont tous grandi et vont bien et tout ce que nous voulons, c'est que notre petite sœur étudie dur avec l'aide que SOS lui offre.

La plus jeune sœur de Yalini, Dinithi, avait quatre ans lorsque leur mère est morte dans le tsunami.

« La personne que je suis aujourd'hui est due à ma sœur, elle m'a élevé toute seule. Je veux étudier dur et la rendre fière. Grâce à mon éducation, je veux gagner de l'argent pour ma famille. Je veux aussi aider d'autres personnes qui ont besoin d'aide comme nous avons besoin d'aide maintenant », explique Dinithi.

Selon Yalini, Dinithi était un «bébé miracle». Alors qu'elle avait à peine un mois, Dinithi a été gravement brûlée et a souffert de handicaps physiques. Elle a été opérée après le tsunami et réussit aujourd'hui bien à l'école, avec l'ambition de devenir enseignante.

« Les cours du soir m'ont aidé, ainsi que d'autres enfants, à améliorer nos notes. Nous avons également reçu des repas gratuits et du matériel scolaire de SOS », explique Dinithi.

À quelques rues de là, un autre jeune de 14 ans qui aspire à devenir enseignant a un vague souvenir des événements d'il y a dix ans.

« J'accompagnais habituellement mes parents au bord de la mer pour ramasser du calcaire chaque matin. Ce jour-là aussi, nous sommes tous allés à la mer et mon père a remarqué que d'énormes vagues s'approchaient. Je me suis échappé avec mon père, mais le tsunami a emporté ma mère ; nous n'avons jamais retrouvé son corps », dit Sandun alors que des larmes coulent sur ses yeux.

Sandun et son jeune frère Janith, 13 ans, suivent tous les deux les cours supplémentaires organisés par SOS. Avec leurs excellentes notes, ils sont tous les deux confiants quant à leur avenir.

Leur père de 55 ans, Murugappan, explique qu'il sent qu'il ne pourra jamais rembourser SOS pour tout ce qu'il a fait pour sa famille et son village. C'est une dette de gratitude que lui et d'autres à Kayankerny reconnaissent avec véhémence, ainsi que des demandes sincères pour une présence continue pendant plusieurs années.

Murugappam« SOS nous a permis d'être autonomes, a fourni des repas, une éducation, des livres, des fournitures scolaires et des chaussures à nos enfants. Il a également organisé des programmes récréatifs et une thérapie de soulagement des traumatismes pour faire face à la perte. De plus, grâce aux programmes éducatifs SOS et aux cours du soir, mes enfants sont très intéressés par leurs études et apprennent tout deux fois, donc leurs connaissances se sont beaucoup améliorées, ils réussissent très bien à l'école », explique Murugappam.

Murugappam a offert la maison construite par SOS à sa fille unique, Vigneshwari, comme cadeau de mariage.

Une minuscule hutte au toit de chaume, bourrée de vêtements, d'un lit en bois, d'un miroir fissuré et d'une chaise cassée, abrite aujourd'hui Murugappam et ses fils.

 "Mes enfants réussiront à l'avenir. Plus important encore, ils ont maintenant la certitude qu'ils réussiront à l'avenir », dit-il.

Les Canadiens qui souhaitent aider les enfants vulnérables sont encouragés à parrainer un enfant, à parrainer un village ou à faire un don ponctuel. Votre soutien changera la vie des enfants orphelins, abandonnés et autres enfants vulnérables. S'il vous plaît aider aujourd'hui.