Au Kenya, un père célibataire est déterminé à assurer la sécurité et le bien-être de ses enfants

Mercredi, Juin 19, 2024
Image(s)
Au Kenya, un père célibataire est déterminé à assurer la sécurité et le bien-être de ses enfants

Antoine a traversé de nombreux ennuis. Chaque fois qu’il lève la tête hors de l’eau, un autre défi surgit. Mais ce père de deux enfants est déterminé à continuer à se battre pour le bien de ses enfants. 

 

En 2021, Antony a été nouvellement inscrit au programme de renforcement des familles de SOS Villages d'Enfants à Nairobi. Il était un père célibataire, seul pour élever ses enfants après le départ de sa femme, mais il était déterminé à élever ses jeunes enfants, Wangui*, alors âgé de trois ans, et Njuguna*, qui en avait deux.

 

Antony dit qu'à mesure que les enfants grandissaient, il a commencé à ressentir la pression de demandes contradictoires : le besoin pressant de gagner sa vie et de s'occuper des enfants.  

 

« Je devais travailler, les vêtements devaient être nettoyés, les tâches ménagères, la cuisine, le bain des enfants… Je n'y arrivais pas. » 

 

Sans parents disposés ou capables de l'aider, Antony s'est remarié en 2022. Il était ravi d'avoir trouvé une partenaire et une figure maternelle pour ses enfants. Elle a eu deux enfants et la famille d'Antony est passée de trois membres à six.   

 

Mais le bonheur fut de courte durée.  

 

Quelques mois après le début de l'union, Antony a découvert que sa nouvelle épouse maltraitait et négligeait Wangui et Njuguna. Ils avaient visiblement peur d'elle. Les deux enfants d'Antony passaient leur temps dehors lorsque leur père était au travail pour se protéger de leur méchante belle-mère. 

 

Pour la sécurité et le bien-être de ses enfants, Antoine a dû la laisser partir. 

 

Une entreprise en difficulté

 

Tout en faisant face à des problèmes de mariage, l'entreprise de chaussures d'Antony a également connu des problèmes dus à de faibles ventes. Il utilisait son revenu quotidien pour acheter de la nourriture pour sa nombreuse famille jusqu'à ce qu'il ne lui reste plus d'argent pour réapprovisionner ses provisions. Alors que les perspectives commerciales diminuaient, le père de deux enfants s’est retrouvé en difficulté avec ses créanciers.  

 

« Mon propriétaire m’a expulsé de chez moi et a vendu mes articles ménagers parce que je n’avais pas payé mon loyer. Nous sommes restés sans abri pendant trois jours. Ils ont pris notre télévision, notre lit, notre placard, notre cuisinière à gaz et même nos casseroles et poêles. Ils ont également vendu ce qui restait de mon entreprise. Nous avons tout perdu. Nous avons emménagé dans cette maison sans rien.  

 

Antony a loué une petite maison d'une pièce et a tout recommencé. Il dit que le soutien qu'il a reçu de SOS Villages d'Enfants l'a gardé sain d'esprit.  

 

Il a été formé à l’entrepreneuriat et présenté à l’Association villageoise d’épargne et de crédit (VSLA), où il a appris la gestion financière. En tant que membre de l'association, il pouvait épargner et emprunter de l'argent pour investir. Antony dit que les apprentissages et la possibilité d'accéder à de l'argent l'ont inspiré à ouvrir à nouveau son entreprise de chaussures. 

 

Aujourd'hui, il s'assoit en plein air dans le couloir d'un magasin et répare les chaussures de ses clients. Les marchandises à vendre sont soigneusement rangées à côté de lui. Derrière lui, bien écrite sur un morceau de bois et accrochée à un mur, se trouve la pancarte « fundi wa viatu » en kiswahili, qui se traduit par cordonnier.  

 

Dans les bons jours, Antony gagne 200 shillings kenyans (2 $ CA) et économise 150 shillings kenyans (1.60 $ CA) par semaine. 

 

« J'emprunte souvent pour équiper mon entreprise », raconte Antony en citant une sneaker blanche. « J'achète du cirage, de la teinture et des brosses, et je stocke également des chaussures d'occasion bon marché, que je réapprovisionne et revends. Je peux dire que mon entreprise se porte beaucoup mieux. Il nous nourrit quotidiennement et je paie 4800 40 shillings kenyans (XNUMX CAD) en frais de scolarité pour Njuguna par trimestre.  

 

SOS Villages d'Enfants Kenya prend en charge les frais de scolarité et les fournitures scolaires de Wangui, ce qui est un grand soulagement pour Antony. Avec ses revenus limités, il dit qu’il serait impossible d’éduquer ses deux enfants. Wangui a connu une croissance rapide. Elle a déjà perdu ses dents de devant et a maintenant six ans. Elle est en deuxième et dernière année de maternelle. Son frère Njuguna a cinq ans et est en première année d'école. 

 

Pour compléter ses revenus, Antony cherche des petits boulots dans le quartier. « Nous achetons de la nourriture avec l’argent que je gagne quotidiennement. Si je ne fais rien, nous n’avons rien à manger. 

 

« Mon projet est d'obtenir suffisamment de capital pour acheter des chaussures d'occasion de bonne qualité que je pourrai vendre dans cette zone et dans les domaines voisins. Et je gagnerai de l'argent. Les chaussures que j’ai en stock actuellement sont de mauvaise qualité et ne valent pas la peine d’être commercialisées. Mais de bonnes chaussures attireront de nombreux clients.   

 

Les intérêts de ses économies au VLSA lui ont permis de meubler sa maison. Il a acheté une cuisinière à gaz, des chaises, un lit, des tables et d'autres objets. Sa maison n'est plus vide.  

 

Lassitude parentale

 

Antony admet qu'il a envisagé d'abandonner ses enfants pendant ses moments de dépression.

  

Il se sentait épuisé et songeait à confier les enfants à leur mère. Cependant, la formation parentale qu'il a reçue de SOS Villages d'Enfants est arrivée à point nommé et l'a fait changer d'avis. 

 

« Cette formation m’a ouvert les yeux sur les bonnes pratiques parentales. Cela m'a donné de nouvelles idées sur la façon de gérer mes enfants et de leur parler. J’étais tellement encouragé. Je me sentais coupable de pouvoir même penser à abandonner mes enfants.

 

Marié à nouveau

 

En juillet dernier, Antony s'est remarié et il dit que cette fois, ça marche.  

 

«Mes enfants adorent Jane, ma nouvelle épouse. Elle est chaleureuse et affectueuse. Ils se sont liés d'amitié avec elle et aiment l'appeler maman. Wangui et Njuguna ont l'air en bonne santé, et je suis heureux de les voir comme ça. 

 

«J'aime beaucoup mes enfants. Ils me font me sentir courageux et épanoui. J'aime la façon dont ils courent vers moi après l'école ; ils doivent tous les deux me voir avant de retirer leur uniforme scolaire. Le matin, Wangui ne permet à personne d'autre de l'emmener à l'école ni de venir la chercher le soir. J'aime mes enfants. Ils sont mon monde.

Les Canadiens qui souhaitent aider les enfants vulnérables sont encouragés à parrainer un enfant, parrainez un village SOS ou faire un don unique. Votre soutien changera la vie des enfants orphelins, abandonnés et autres enfants vulnérables. S'il vous plaît aider aujourd'hui.