En Éthiopie, un père célibataire surmonte ses doutes pour prodiguer des soins de qualité à ses enfants

Tuesday, Juin 25, 2024
Image(s)
Père célibataire en Éthiopie

Zewde, 42 ans, n'était pas sûr de savoir à quel point il serait bon en tant que parent célibataire après la mort subite de sa femme depuis 19 ans. Il doutait de sa capacité à gagner sa vie et à élever sa famille en même temps. Malgré de nombreuses difficultés, le père d’une fille et de quatre fils a réussi à maintenir l’unité de sa famille. 

 

Il dit que prendre bien soin de ses cinq enfants est le meilleur hommage qu'il puisse rendre à sa défunte épouse. 

 

«J'ai remplacé leur mère», déclare Zewde. « Je cuisine pour eux et je me brûle les doigts dans le feu, et je n'ai plus le temps de socialiser avec mes amis – mais ce n'est pas grave. Je donnerai toujours la priorité à ma famille. J'essaie de suivre les traces de ma femme, en me souvenant de son dévouement et de la manière dont elle prenait soin de nos enfants. Mais je suis loin d'être à la hauteur ; Je ne suis pas capable de le faire comme elle l’a fait. 

 

Zewde, 42 ans, est agriculteur à Tulu Moye, dans la région d'Oromia en Éthiopie, une région riche en culture de blé. Il cultive sa propre nourriture – du maïs, des légumes, des haricots et du blé sur des terres qu'il loue à des voisins. Il vend l’excédent de récolte pour gagner un revenu. 

 

Ce père de cinq enfants affirme que même lorsque sa femme était en vie, leurs revenus étaient à peine suffisants. Parfois, les enfants ne pouvaient pas aller à l'école en raison de son incapacité à couvrir les frais de scolarité et les fournitures scolaires, retardant ainsi leur scolarité malgré leur âge avancé. À 20 ans, sa fille aînée n’est qu’en neuvième année. Le jeune de 19 ans est en huitième année et le plus jeune, âgé de 11 ans, est en deuxième année. 

 

L'agriculture est un travail difficile, et avec une production considérablement réduite en raison de conditions météorologiques imprévisibles, les récoltes ne sont plus ce qu'elles étaient. Pourtant, les prix des engrais, des intrants et des loyers fonciers continuent d’augmenter. 

 

Se sentir submergé

 

Pour Zewde, assumer seul les besoins émotionnels et physiques de ses enfants semble accablant. Il dit que même un âne, une bête de somme réputée, aurait des difficultés.   

 

« Les ânes et les voitures sur la route ne peuvent pas supporter le poids que je porte », dit-il. « Soutenir une famille est un fardeau très lourd.

 

« Je suis confronté à d’innombrables problèmes quotidiens comme le prix des oignons, de l’huile de cuisson, du sucre et d’autres produits essentiels. En fin de compte, je n’ai plus d’argent et je découvre que je n’ai pas les moyens d’acheter du charbon de bois pour cuisiner. Être responsable du ménage est très difficile. 

 

Pas seul

 

La bonne nouvelle est que Zewde n’est pas vraiment « seul ».  

 

En 2018, la famille a été sollicitée pour bénéficier du soutien du programme de renforcement des familles de SOS Villages d'Enfants. Sa femme était enregistrée comme principale soignante, un titre que Zewde porte désormais.  

 

Les enfants sont scolarisés avec le soutien éducatif du programme. Parfois, en cas de besoin pressant, la famille reçoit des kits d'hygiène et des colis alimentaires. 

 

Le programme de renforcement des familles SOS est conçu pour répondre aux besoins individuels de chaque famille. Le besoin de Zewde d'améliorer ses compétences parentales a été répondu par une formation sur la façon de nourrir ses enfants, de développer des routines et de mettre en œuvre une discipline cohérente. 

 

Pour le protéger du stress financier, le père célibataire a rejoint la Village and Savings Loan Association (VSLA), qui l'a encouragé à développer une culture de l'épargne tout en lui donnant accès à de l'argent qu'il pourrait utiliser pour subvenir aux besoins de ses enfants.  

 

Le programme de renforcement de la famille s'attaque aux facteurs qui menacent la vie familiale, en empêchant la séparation entre l'enfant et la famille tout en favorisant un environnement stable essentiel au développement et au bien-être des enfants.   

 

« Le soutien de SOS Villages d'Enfants, explique Zewde, a été vital pour la survie de la famille. »  

 

« Si je devais mourir comme leur mère, personne, pas même mon père, ne parviendrait à offrir un foyer à mes enfants. Ils seraient comme des chiots partagés entre parents et perdraient leur éducation. Personne ne peut soutenir cette famille comme le fait SOS Villages d'Enfants.

 

Le père veuf se souvient de sa vie de jeune garçon et attribue sa mauvaise qualité de vie au manque d'éducation. Il affirme que ses parents auraient dû l'envoyer à l'école au lieu de le laisser garder le bétail. 

 

En gardant intentionnellement ses enfants à l’école, Zewde brise un cycle de pauvreté générationnelle.

 

«J'ai l'intention d'éduquer mes enfants au niveau maximum possible jusqu'à ce qu'ils réalisent quelque chose pour eux-mêmes», déclare Zewde.  

 

« Je m'attends à ce que les enfants plus âgés soutiennent cette famille et leurs jeunes frères et sœurs une fois qu'ils auront trouvé leur emploi. Ces enfants nous ont apporté, à ma femme et à moi, une grande satisfaction et une grande joie ; leur réussite est très importante pour moi. Je ne suis pas un homme instruit, mais je me considérerai comme ayant réussi s’ils réussissent.  

 

Zewde n’est pas totalement coupé de la vie sociale. Il a trois amis qui viennent souvent lui rendre visite chez lui. Ils labourent les champs ensemble et veillent au bien-être de chacun. L'un des hommes a quatre enfants. Il dit que Zewde est un modèle pour les hommes de la communauté. Ils estiment qu'il fait du bon travail en tant que père.

 

Lorsqu’on lui demande si ses amis suggèrent qu’il devrait se remarier, Zewde répond qu’il y a des pressions de différents côtés, mais il leur répond : « Pas encore ». 

 

« Ma femme est tombée malade la nuit et je l'ai emmenée d'urgence dans un centre de santé voisin », poursuit-il spontanément.  

 

« Le médecin a tenté de la sauver en cinq minutes… » Zewde tourne la tête pour regarder une grande photo encadrée de sa femme assise sur l’étagère, entourée de fleurs en plastique aux couleurs vives, « puis elle est partie ». Ses yeux sont tristes. Il est clair qu'il est toujours en deuil. 

 

"Ma relation avec mes enfants est excellente", ajoute Zewde après un moment de silence. « Nous rions, mangeons et buvons du café ensemble. Et ils réussissent bien à l'école. Une chose que je sais, c'est qu'un étranger ne sera pas bon pour cette famille.  

 

« J’ai travaillé dur ici et je ne permettrai à personne de prendre cela pour acquis. Je préfère soutenir mes enfants avec une aide à court terme. Ce que je crains le plus, c'est que quelqu'un les maltraite. Ils appréciaient l’amour de leur mère et ils l’aimaient. Je veux garder ce souvenir. Comme les arbres ont des feuilles, ils m’ont, et je les ai, et nous nous avons les uns les autres. 

Les Canadiens qui souhaitent aider les enfants vulnérables sont encouragés à parrainer un enfant, parrainez un village SOS ou faire un don unique. Votre soutien changera la vie des enfants orphelins, abandonnés et autres enfants vulnérables. S'il vous plaît aider aujourd'hui.