Un partenariat avec les jeunes aide les jeunes entrepreneurs à trouver du travail au Somaliland

Mercredi, Août 10, 2022

 

 

Leur entreprise naissante n'a que deux mois et malgré des débuts modestes, les deux amis sont déterminés à réussir. Ils ont commencé avec 43 poussins et un incubateur avec 101 œufs qui devaient éclore en 21 jours.

 

Ils ont lancé l'entreprise pour profiter du marché inexploité des œufs au Somaliland.

 

« Il y a quelques années, les Somaliens ne connaissaient pas l'importance des œufs ni leur valeur nutritionnelle », explique Abdi, 26 ans. « Mais après la guerre civile en 2000, ils ont découvert leurs avantages et ils ont commencé à en consommer beaucoup.

 

"Il y a une nouvelle tendance ces jours-ci à inclure des œufs dans les gâteaux et les sucreries pour améliorer la saveur. Les restaurants et les cafétérias utilisent beaucoup d'œufs et parfois ils en manquent dans les magasins. Nous voulons combler cette lacune. Notre objectif est de livrer les restaurants, les grossistes et les détaillants », dit-il.

Image(s)
Élevage d'œufs

Au-delà de la fourniture d'œufs, les futurs agriculteurs veulent améliorer les races dans le pays afin que les poulets puissent produire plus d'œufs et de viande. Ils travaillent actuellement avec des races du Somaliland et d'Éthiopie.

 

Problème de chômage

 

Les partenaires commerciaux ont été camarades de classe à l'université pendant cinq ans et ont obtenu en 2021 un baccalauréat en sciences vétérinaires.

 

Ayman, 25 ans, dit qu'ils étaient déterminés à trouver du travail rapidement après avoir obtenu leur diplôme, alors ils ont commencé à rechercher de manière proactive des offres d'emploi au cours de leur dernière année d'université.

 

« C'est à ce moment-là que nous avons découvert qu'il y avait peu d'emplois sur le marché local et que ceux qui détenaient des diplômes de maîtrise étaient toujours sans emploi. Nous avons donc pensé démarrer une entreprise comme solution de repli, mais nous n'avions pas le capital pour démarrer », dit-il.

Image(s)
L'agriculture pour l'emploi

 

 

Les chiffres officiels montrent que le taux de chômage des jeunes au Somaliland atteint le chiffre stupéfiant de 75 %. La plupart des jeunes éduqués ne trouvent pas de travail et ont aucune idée de quoi faire de leur vie.

 

Environ 3,000 XNUMX nouveaux diplômés entrent chaque année sur le marché du travail.

 

"Ce qui est inquiétant, c'est que la capacité des entreprises à employer est minée par le système éducatif", déclare Ibrahim Mohamed Ismail, un entraîneur de jeunes à SOS Villages d'Enfants, "car il ne produit pas de diplômés avec des compétences qui correspondent à la demande sur le marché. ”

 

Ismail dit que l'ampleur du problème est alarmante et que de plus en plus de jeunes du Somaliland meurent en haute mer alors qu'ils tentent de migrer vers l'Europe.

 

« Leurs familles font pression sur eux pour qu'ils trouvent du travail alors ils traversent la Libye, l'Éthiopie, le Soudan, puis via l'Italie vers l'Europe. La plupart n'y parviennent pas. Ceux qui décident de rester chez eux passent la journée à mâcher du khat, à traîner dans les espaces publics à fumer ou à rejoindre des gangs.

 

La formation des compétences

 

Pour aider les jeunes à trouver du travail localement et faire quelque chose d'eux-mêmes, SOS Villages d'Enfants - en collaboration avec des partenaires - a lancé le programme Next Economy au Somaliland en 2016.

 

Pendant quatre mois, deux fois par semaine, le programme forme des diplômés ou des chômeurs, âgés de 18 à 35 ans, aux compétences générales et à l'éducation dont ils ont besoin pour améliorer leur employabilité. Les apprenants choisissent alors leur chemin de vie entre emploi et entrepreneuriat.

 

 

Les étudiants qui choisissent l'entrepreneuriat doivent lever 500 dollars américains en tant que capital pour leur start-up, et le programme accorde un montant correspondant.

 

 

Ismail dit que le programme encourage les jeunes à trouver des solutions aux problèmes et à se mettre au défi.

 

Ismail explique : « À l'université, les jeunes apprennent la théorie sans leçons pratiques relatives à la vie, alors quand ils viennent nous voir, nous leur demandons : « Qui êtes-vous ? Pourquoi es-tu ici? Que veux-tu accomplir? Quels problèmes voyez-vous dans la communauté et comment pouvez-vous les résoudre ? »

 

 

Financement

 

Abdi et Ayman disent que la possibilité de financement les a attirés vers le programme Next Economy. L'accès aux finances est un défi pour la plupart des jeunes, et peu importe le degré d'innovation d'une idée, sans argent, ils ne peuvent rien faire.

 

"Lorsque nous avons tous les deux vu la prochaine annonce économique en ligne, nous savions que c'était la seule chance que nous avions d'être indépendant au lieu de chercher du travail", explique Abdi. "Le programme nous a motivés, a renforcé notre confiance et nous a également appris à faire quelque chose de nous-mêmes."

 

"Nous avons postulé parce que nous avons vu qu'il y avait une subvention pour une idée d'entreprise", ajoute Ayman. "J'ai été inspiré par le fait que chaque jeune ayant une idée d'entreprise peut être financé. En dehors de cela, nous avons appris que les premiers pas sont toujours les plus difficiles, mais c'est par là que nous devons commencer si nous voulons atteindre nos objectifs.

 

Avec 2,000 XNUMX dollars américains à leur disposition, les partenaires commerciaux ont construit un simple poulailler en tôles de fer, des œufs importés d'Éthiopie et l'incubateur de Chine.

 

La majorité des œufs consommés au Somaliland proviennent d'Éthiopie et le reste est produit localement. La forte demande les rend chers. Les amis prévoient de produire des œufs de bonne qualité à un prix inférieur pour les rendre plus abordables.

 

Les jeunes entrepreneurs ont récemment trouvé des stages au ministère de l'Elevage et de la Pêche pendant six mois. Ils espèrent décrocher un emploi au ministère après avoir acquis de l'expérience, et gérer le démarrage de la volaille en tant qu'entreprise parallèle.

 

« Je me sens heureux pour les jeunes qui réussissent », déclare Ismail de SOS Villages d'Enfants. « Je veux que les jeunes soient productifs. Je suis motivé quand je les vois changer d'attitude et créer quelque chose pour eux-mêmes. Je les encourage à être des entrepreneurs pour réduire le chômage en employant d'autres personnes.

 

 

 

 

Les Canadiens qui souhaitent aider les enfants vulnérables sont encouragés à parrainer un enfant, parrainez un village SOS ou faire un don unique. Votre soutien changera la vie des enfants orphelins, abandonnés et autres enfants vulnérables. S'il vous plaît aider aujourd'hui.